GESTIONNAIRES EN ACTION. Le plus gros promoteur immobilier chinois, Evergrande, croule sous des dettes évaluées à 305 milliards de dollars américains (G$US).

Si l'entreprise devait faire faillite, il s'agirait de la troisième plus grosse de l'histoire après celles de Lehman Brothers (691 G$US) et de Washington Mutual (328 G$US), toutes deux survenues en 2008 et déclenchant alors une crise financière mondiale.

Selon Vincent Fournier, gestionnaire de portefeuille chez Claret, le sauvetage d'Evergrande passe par une intervention du gouvernement chinois ou de la Banque populaire de Chine, car personne d'autre n'a les ressources pour acheter le géant immobilier sous pression.

À son avis, le gouvernement chinois pourrait aussi se servir des difficultés d'Evergrande pour augmenter la réglementation régissant les entreprises privées du pays, lui qui s'est attaqué aux géants des technologies comme Alibaba et Didi au cours des derniers mois. 

Si Evergrande a pour le moment réussi à éviter les défauts de paiement, elle est loin d'être sortie de l'auberge. «La dette de la société est l'équivalent de près de 2% du PIB chinois. Une faillite de cette ampleur laisserait des traces», dit Vincent Fournier. 

Ce dernier estime toutefois qu'une éventuelle faillite d'Evergrande ne plomberait pas le secteur de la construction nord-américain, où les niveaux d'endettement sont beaucoup plus sains qu'en Chine.

Pour de l’information concernant l’utilisation de vos données personnelles - https://omnystudio.com/policies/listener/fr

Podden och tillhörande omslagsbild på den här sidan tillhör Les Affaires. Innehållet i podden är skapat av Les Affaires och inte av, eller tillsammans med, Poddtoppen.